Recherche avancée sur les thèses de l'INSA de Lyon


Abila, Paul-André. Application de la spectroscopie moléculaire au diagnostic d'un plasma inductif d'argon. Thèse. Villeurbanne : Institut National des Sciences Appliquées de Lyon, 1989. Disponible à la Bibliothèque Marie Curie.


Domaine(s) : D05 - Chimie - Génie des procédés
Indice Dewey : 543.507 2
Langue : Français
Mots-clés : PLASMA, ARGON, RADICAL OH, SPECTROMETRIE, SPECTRE MOLECULAIRE, TRANSITION ROTATIONNELLE, TRANSITION VIBRATIONNELLE, TEMPERATURE ROTATIONNELLE, EQUILIBRE THERMODYNAMIQUE LOCAL, DIAGRAMME BOLTZMANN, DIFFUSION GAZEUSE, CHIMIE



Directeur(s) de thèse : Robin, Jacques
Etablissement de soutenance : INSA de Lyon
Laboratoire : Institut national des sciences appliquées de Lyon - Lyon, LPCI - Laboratoire de Physico-Chimie Industrielle - Lyon, INSA, Partenaire(s) de recherche : LPCI - Laboratoire Physico-Chimie Industrielle
Numéro national de thèse : 1989ISAL0074
Date de soutenance : 1989

Accès au format papier, disponiblités des exemplaires
Droits réservés, utilisation gratuite



Résumé français : Les techniques de spectroscopie moléculaire n'ont été que peu utilisées pour le diagnostic dans les plasmas d'argon induits par haute fréquence à la pression atmosphérique comme la plupart des molécules y sont dissociées. Néanmoins, certaines y sont observables, elles la molécule OH. Les températures déduites des spectres de rotation-vibration de OH sont plus faibles (maximum voisin de 4000 K) que celles déduites du spectre d'autres molécules ( N2 par exemple, environ 7000 K) ou des spectres atomiques ( 4500 à 7000 K) , dans les mêmes conditions. Ceci semble lié à la stabilité thermique de la molécule OH. En outre, les diagrammes de Boltzmann présentent des courbures qui peuvent être non négligeables en fonction des conditions opératoires. Ce fait a déjà été observé dans le cas des diagrammes atomiques du fer. Ces courbures ont été interprétées jusqu'à présent comme un signe d'écart à l' équilibre thermodynamique local. En fait, une simulation simple a montré qu'elles peuvent être observées dans le cas de équilibre thermodynamique local si le plasma n'est pas localement homogène. Dans l'analyse spectrochimique par plasma HF d'argon, les échantillons à analyser sont généralement introduits dans le plasma à partir de solutions aqueuses qui sont alors vaporisées et dissociées. Les phénomènes de diffusion semblent, dans ce cas, loin d'être négligeables. Ainsi, la zone de diffusion, créée autour des gouttelettes d'eau, entraîne lors de la dissociation un phénomène de tampon thermique qui peut être rendu responsable des faits observés.