Recherche avancée sur les thèses de l'INSA de Lyon

  • 460 ressources ont été trouvées. Voici les résultats 201 à 210
Tri :   Titre Date Type de contenu Auteur
Laine Christophe. Etude de l'influence de la zone non saturee sur l'equilibre des pentes instables.. 1989 / Thèses / accès à la bibliothèque (document papier)
Résumé
Résumé
L'influence des ecoulements sur la stabilite des pentes est connue, mais la supposition classique du cheminement de l'eau a partir des barres rocheuses dominant le versant n'explique pas les ruptures de pentes apres des pluies abondantes. L'auteur propose de prendre en compte les quantites d'eau s'infiltrant verticalement a travers la couche non saturee, ce qu'une etude sur le terrain confirme en partie. D'apres cette approche, le facteur de securite d'une pente est tres reduit lorsque le front d'infiltration atteind la zone dont la saturation est entretenue par l'alimentation amont.
Mot(s) clés libre(s) : GEOTECHNIQUE, MECANIQUE SOL, PENTE TERRAIN, STABILITE SOL, INFILTRATION EAU, EAU INFILTRATION, PLUIE, EAU PLUIE, RUPTURE, SATURATION, GENIE CIVIL
 |  Notice

Simoneau Jan-Patrice. Etude de l'interaction entre un jet et la convection naturelle dans une cellule d'habitation. 1989 / Thèses / accès à la bibliothèque (document papier)
Résumé
Résumé
Approche numerique de la convection mixte induite par un jet d'air dans une cellule d'habitation. Lois physiques et equations gouvernant cette convection et traitement numerique et aux differences finies. Validation du modele pour la convection naturelle laminaire.- Approche de la convection mixte 2D. Regimes d'ecoulement pour l'injection a co-courant et a contre-courant. Etude des cavites a geometries complexes (parois interieures et frontieres libres). Modele de turbulence k-epsilon sans fonction de paroi. Resultats experimentaux en convection mixte sur cellule taille reelle et simulations numeriques de la convection mixte turbulente 2D.
Mot(s) clés libre(s) : THERMIQUE, HABITAT, BATIMENT, TRANSFERT CHALEUR, CONVECTION NATURELLE, CONVECTION MIXTE, CONVECTION LAMINAIRE, CONVECTION TURBULENTE, MODELISATION, METHODE NUMERIQUE, SIMULATION NUMERIQUE, JET TURBULENT, AIR ANISOTHERME, CELLULE HABITATION, GENIE CIVIL, SCIENCES PHYSIQUES
 |  Notice

Nouailles Antonin. Etude de la liaison entre les elements d'une structure. Application aux chaussees rigides. 1979 / Thèses / accès à la bibliothèque (document papier)
Résumé
Résumé
Etude bibliographique des contacts et surfaces de contacts entre solides. Etude experimentale du contact sec sur des interfaces en beton. Influence des interfaces sur le comportement d'un ouvrage en vraie grandeur : application aux chaussees rigides Realisation et experimentation d'une structure d'essai de dalles rigides.
Mot(s) clés libre(s) : GENIE CIVIL, CHAUSSEE, DALLE BETON, CHAUSSEE BETON, SEMELLE FONDATION, LIAISON, BICOUCHE, INTERFACE
 |  Notice

Braymand Frank. Etude de la perforation par percussion de bétons : approche expérimentale et numérique. 1996 / Thèses / accès à la bibliothèque (document papier)
Résumé
Résumé
L'utilisation d'un perforateur électropneumatique portatif pour la perforation par percussion de bétons est une technologie très répandue. Cependant, les fondements théoriques nécessaires pour aborder la propagation d'ondes et la fragmentation du béton, peuvent être très complexes et parfois méconnus du milieu industriel. La tête du foret (plaquette carbure), soumise à un chargement transitoire, se comporte comme un poinçon qui pénètre le béton, provoquant broyage et fragmentation. Le calcul du rendement du travail mécanique dissipé dans la pénétration par rapport à l'énergie cinétique initiale de l'enclume, permet de quantifier l'efficacité de la perforation. Par notre approche expérimentale, nous avons montré qu'un rendement de 60 à 80 % est atteint en pratique avec les matériels étudiés, et pour des bétons de compositions différentes. Environ 70 % du travail total est développé durant le second aller-retour des ondes dans le foret. Nous avons montré que ces cycles de dissipation d'énergie se traduisent physiquement par une phase de broyage du béton et des débris de percement immédiatement sous la pointe de l'outil, suivie d'une phase de 'cratérisation', correspondant à la rupture fragile de la surface du matériau. La prise en compte de cette rupture fragile complique singulièrement les simulations de propagation d'ondes dans le foret par la nécessité d'utiliser des modèles de conditions limites spécifiques, et qui ne sont pas encore aujourd'hui parfaitement adaptés à cette phénoménologie. Toutefois, nous avons fait la démonstration de l'opportunité de ces simulations pour optimiser la géométrie de l'enclume et du foret en maximisant le rendement énergétique. Pour finir, nous avons initié une démarche de modélisation de la pénétration dynamique de la plaquette carbure dans le béton, avec un code de calcul basé sur la méthode élément fini explicite. Suite aux résultats obtenus, nous avons suggéré des perspectives de développement du code de calcul, et plus particulièrement, des lois de comportement du matériau béton.
The use of a portable electro pneumatic hammer drill for the percussive drilling of the concrete is a well-developed technology. At the same time the necessary theoretical background of the wave propagation and concrete fragmentation may be quite complex and not fully known to the industry. The head of the drill bit (carbide tip) submitted to a transient loading, behaves like a punch that pierces the concrete causing its crushing and fragmentation. The calculation of the dissipated “mechanical work” during the penetration can be compared to initial “kinetic energy” of the anvil, in order to quantify the efficiency of the perforation process. With our experimental approach, we have shown that the efficiency of 60 to 80% is reached in reality for the studied materials and for concretes of various compositions. Around 0.7 of the work is dissipated during the second passage of the waves in the drill bit. We have shown that these cycles of energy “dissipation” can be physically interpreted as progressive crushing of the concrete immediately under the cutting edge of the tool followed by dust formation and chipping as the failure of the surface layer develops. The process of brittle fracture makes it difficult to perform a simulation of wave propagation in the drilling rod because suitable modified boundary conditions have not been yet implemented in the computational method. Nonetheless, a successful attempt was made to optimize the anvil and drill bit geometry for maximizing the efficiency of the process. Finally, a great deal of modelling effort was put to describe the dynamic penetration of carbide tip in the concrete, using commercial explicit finite element codes. Based on the results obtained, we have indicated a need for further development of computer codes in the area of the material laws of the concrete material.
Mot(s) clés libre(s) : GENIE CIVIL, BETON, OUTILLAGE PERFORATION, PERFORATION BETON, PROPAGATION ONDE, POINCON, FORET PERFORATION
 |  Notice

Morteza Esfehani. Étude de la stabilité et du tassement engendré lors du creusement d'un tunnel sans pressurisation : approches expérimentale et numérique. 1999 / Thèses / accès à la bibliothèque (document papier)
Résumé
Résumé
Ce travail de recherche est consacré à une modélisation du creusement non pressurisé des tunnels hors nappe et ce dans les terrains meubles. La méthode de creusement sans pressurisation implique la maîtrise de la stabilité de la zone non soutenue du tunnel. Les comportements du front de taille et des côtés latéraux de la partie non soutenue d'un tunnel, sont analysés grâce aux résultats d'une campagne d'essais réalisée sur un modèle réduit (échelle 1/20 environ) sous gravité terrestre. •La simulation du creusement de tunnels à faible profondeur dans un sol reconstitué, possédant de faibles caractéristiques mécaniques, a pu être effectuée de façon réaliste. Par ailleurs, une étude a été menée sur les caractéristiques des matériaux utilisés. Ce travail a permis de donner la forme tridimensionnelle de la surface de rupture, ainsi que le mécanisme de rupture. Une comparaison entre les résultats de cette étude expérimentale et ceux obtenus avec deux approches numériques, l'une fondée sur un calcul à l'équilibre limite, et l'autre utilisant la méthode des éléments finis, est présentée. Nous avons pu valider expérimentalement la méthode de calcul numérique à l'équilibre limite, développée à l'ENTPE. Le tassement engendré en surface est également analysé et quelques paramètres influençant son amplitude sont étudiés.
This research task is devoted to a modeling of nonpressurized tunneling in loose ground. The method of tunneling without pressurization implies control of tunnel free zone stability. The behavior of the face and the lateral sides of the free length of a tunnel, are analyzed through the results of tests carried out on a reduced model (scale 1/20 approximately) under natural gravity. Realistic tunneling simulation at law depth in reconstituted sail with small mechanical characteristics was carried out. In addition, a study was undertaken on the characteristics of soils used in the test model. This work made it possible to obtain the three-dimensional form of the rupture surface, as well as the mechanism of collapse. A comparison between the results of this experimental study and those obtained with two numerical approaches, one based on a calculation with equilibrium limit, and the other using the finite element method, is presented. The ENTPE method of numerical calculation (equilibrium limit) was validated through experimentation. Surface generated settlement is also analyzed and some parameters influencing its amplitude are studied.
Mot(s) clés libre(s) : GENIE CIVIL, OUVRAGE ART, TUNNEL, CREUSEMENT, STABILITE, TASSEMENT, CREUSEMENT NON PRESSURISE
 |  Notice

Pereira Jean-Michel. Etude des couplages hydromécaniques et effets de non-saturation dans les géomatériaux : application aux ouvrages souterrains. 2005 / Thèses / accès à la bibliothèque (document papier)
Résumé
Résumé
La prise en compte des effets de non-saturation dans la modélisation du comportement des géomatériaux revêt des enjeux importants dans de nombreuses applications du génie civil. Après une synthèse des principales caractéristiques du comportement des sols non-saturés ainsi que de plusieurs propositions récentes de modèles de comportement, un cadre général de modélisation est proposé. Ce cadre constitue un outil méthodologique permettant une extension plus aisée des modèles élastoplastiques existants vers le domaine de saturation partielle. Un modèle élasto-plastique évolué (CJS) est ensuite étendu selon cette méthodologie. Le modèle ainsi obtenu est alors validé sur la base d'essais de laboratoire. Parallèlement à cette contribution rhéologique, un code de calcul par éléments finis a été développé. La discrétisation du problème à résoudre est présentée. Des simulations d'essais pressio-métriques et de déconfinement d'une cavité souterraine utilisant cet outil numérique sont fournies et analysées. Celles-ci permettent d'évaluer les effets d'une saturation partielle sur le comportement du massif dans lequel un ouvrage souterrain est présent.
Taking into account unsaturation effects in modelling the behaviour of geomaterials is a key issue in many civil engineering applications. After a synthesis of the main characteristics of unsaturated soils behavior and of several recently proposed constitutive models, a general framework for modeling purposes is proposed. this framework constitutes a methodological tool allowing an easier extension of existing elastoplastic models to unsaturated states. This methodology is then used to extend a complex elastoplastic model (CJS). The obtained model is validated using laboratory tests. In addition to this rheological contribution, a computational code using the finite element method has been developed. the boundary value problem discretization is presented. Simulations of pressure meter tests and underground cavity deconfinement with this numerical tool are proposed and analyzed. They contribute to evaluate the effects of a partial saturation on the behaviour of the ground surrounding the work.
Mot(s) clés libre(s) : GEOTECHNIQUE, GEOMATERIAU, SOL NON SATURE, MODELE COMPORTEMENT, COUPLAGE HYDROMECANIQUE, CONTRAINTE EFFECTIVE, ELASTOPLASTICITE, PRESSIOMETRE, EXPANSION CAVITE, MODELISATION, CJS, CODE DE CALCUL, ELEMENT FINI, OUVRAGE SOUTERRAIN, GENIE CIVIL
 |  Notice

Feron Céline. Etude des mécanismes de génération de contraintes et de fissuration par retrait gêné dans les structures à base de matériaux cimentaires. 2002 / Thèses / accès numérique libre
Résumé
Résumé
La fissuration est un phénomène couramment observé dans les structures en béton où le retrait ne peut s'effectuer librement. Le retrait, ou plutôt les retraits, ont été amplement étudiés en laboratoire, mais il est difficile de transposer les résultats mesurés à l'échelle du matériau au calcul des déformations d'une structure. Nos travaux s'attachent à la modélisation des déformations de retrait afin de permettre leur calcul dans une structure type poutre en fonction de ses dimensions, de ces conditions limites, de son environnement et de la formulation du matériau. Ils traitent les nombreux couplages qui relient les phénomènes chimiques, thermiques et hydriques à l'origine des déformations. Le type de conditions limites que nous avons principalement développé concerne les structures reposant sur une fondation continue, qui oppose des efforts complexes tels que le frottement et la réaction du support. Les frottements sont répartis sur la base de la structure et les contraintes qu'ils engendrent évoluent le long de l'interface. Selon les dimensions de la structure et l'amplitude du retrait, une fissuration peut se produire. Nous proposons une méthode permettant de calculer les contraintes de retrait gêné par frottement, qui aboutit à une expression de la longueur critique au delà de laquelle la poutre risque de fissurer, ainsi qu'aux ouvertures de fissures et aux pas de fissuration. Cette méthode permet la prise en compte d'un renforcement éventuel par des fibres métalliques, qui en pratique constitue une solution technique qui permettrait de réduire l'ouverture des fissures. Expérimentalement, les différentes étapes de la modélisation ont été validées par des essais sur des poutres à l'échelle 1, complétés par des données mesurées sur des sites de dallages industriels. Une extension aux structures composées de la superposition de deux couches est également développée.
Cracking of concrete structures where shrinkage is restrained is a currently observed phenomena. The different types of shrinkage have been widely studied on a laboratory scale, but it remains difficult to transpose the results to a full scale structure. This study deals with the modelling of shrinkage strains in order to evaluate them in a structure, according to dimensions, limit conditions, environment, and material composition. It includes the multiple couplings that are involved between chemical, thermal and drying shrinkage. Limit conditions that we mainly outline concern continuously grounded structures, where strains depend on ground friction and reaction. Friction is distributed along the foundation and induced stresses grow along the interface. Depending on structure length and on shrinkage magnitude, cracks might appear. We propose a method to compute the restrained shrinkage induced stresses, that leads to an expression of critical length, crack opening and crack spacing. Steel fibre reinforcement, that could be a technical issue to reduce the crack opening, is taken into account. Experimental studies have been conducted at full scale, in order to validate the different steps of the model. They are completed with measurements of crack opening and spacing made on real applications such as industrial floors. The modelling has also been extended to composite structures such as twin layers or repairs.
Mot(s) clés libre(s) : BETON, FISSURATION BETON, RETRAIT BETON, FIBRE METALLIQUE, SECHAGE BETON, DALLAGE, INTERFACE BETON
 |  Notice  |  Texte intégral  |  Droits d'utilisation

Feron Céline. Etude des mécanismes de génération de contraintes et de fissuration par retrait gêné dans les structures à base de matériaux cimentaires. 2002 / Thèses / accès à la bibliothèque (document papier)
Résumé
Résumé
La fissuration est un phénomène couramment observé dans les structures en béton où le retrait ne peut s’effectuer librement. Le retrait, ou plutôt les retraits, ont été amplement étudiés en laboratoire, mais il est difficile de transposer les résultats mesurés à l’échelle du matériau au calcul des déformations d’une structure. Nos travaux s’attachent à la modélisation des déformations de retrait afin de permettre leur calcul dans une structure type poutre en fonction de ses dimensions, de ses conditions limites, de son environnement et de la formulation du matériau. Ils traitent les nombreux couplages qui relient les phénomènes chimiques, thermiques et hydriques à l’origine des déformations. Le type de conditions limites que nous avons principalement développé concerne les structures reposant sur une fondation continue, qui oppose des efforts complexes tels que le frottement et la réaction du support. Les frottements sont répartis sur la base de la structure et les contraintes qu’ils engendrent évoluent le long de l’interface. Selon les dimensions de la structure et l’amplitude du retrait, une fissuration peut se produire. Nous proposons une méthode permettant de calculer les contraintes de retrait gêné par frottement, qui aboutit à une expression de la longueur critique au delà de laquelle la poutre risque de fissurer, ainsi qu’aux ouvertures de fissures et aux pas de fissuration. Cette méthode permet la prise en compte d’un renforcement éventuel par des fibres métalliques, qui en pratique constitue une solution technique qui permettrait de réduire l’ouverture des fissures. Expérimentalement, les différentes étapes de la modélisation ont été validées par des essais sur des poutres à l’échelle 1, complétés par des données mesurées sur des sites de dallages industriels. Une extension aux structures composées de la superposition de deux couches est également développée.
Cracking of concrete structures where shrinkage is restrained is a currently observed phenomena. The different types of shrinkage have been widely studied on a laboratory scale, but it remains difficult to transpose the results to a full scale structure. This study deals with the modelling of shrinkage strains in order to evaluate them in a structure, according to dimensions, limit conditions, environment, and material composition. It includes the multiple couplings that are involved between chemical, thermal and drying shrinkage. Limit conditions that we mainly outline concern continuously grounded structures, where strains depend on ground friction and reaction. Friction is distributed along the foundation and induced stresses grow along the interface. Depending on structure length and on shrinkage magnitude, cracks might appear. We propose a method to compute the restrained shrinkage induced stresses, that leads to an expression of critical length, crack opening and crack spacing. Steel fibre reinforcement, that could be a technical issue to reduce the crack opening, is taken into account. Experimental studies have been conducted at full scale, in order to validate the different steps of the model. They are completed with measurements of crack opening and spacing made on real applications such as industrial floors. The modelling has also been extended to composite structures such as twin layers or repairs.
Mot(s) clés libre(s) : BETON, FISSURATION BETON, RETRAIT BETON, FIBRE METALLIQUE, SECHAGE BETON, DALLAGE, INTERFACE BETON
 |  Notice

Villemus Boris. Etude des murs de soutènement en maçonnerie de pierres sèches. 2004 / Thèses / accès numérique libre
Résumé
Résumé
La maçonnerie de pierres sèches (pierres disposées sans liant) fait partie des techniques séculaires que l'on trouve, sous diverses formes, dans la plupart des régions du globe. Dans les pays d'Europe méditerranéenne, bien que la pierre sèche ne soit plus que rarement utilisée, le bâti existant constitue un enjeu économique important (artisanat, tourisme, environnement, agriculture). Ce patrimoine est voué à la ruine sans réaction des institutions concernées : le contexte économique n'est pas favorable au travail de main d'oeuvre, les savoir-faire se perdent et il n'existe ni cadre réglementaire ni méthode de dimensionnement officiellement reconnus. Ce mémoire de thèse vise donc à fournir les éléments scientifiques nécessaires pour (re)prendre en compte cette technique alternative de construction. Nous avons choisi une approche pragmatique, en considérant que le mur en pierres sèches fonctionne comme un mur poids (ce qui suppose le respect des règles de l'art en matière de pierres sèches). Ceci permet de s'appuyer sur la connaissance déjà établie en matière de murs poids monolithes. Ensuite, nous déterminons les limites au-delà desquelles le mur n'a plus un comportement en petits déplacements, en considérant les ruptures internes propres à ce type de murs (par approche micro-macro). Après avoir défini les coefficients de stabilité décrivant ces ruptures internes, nous avons mené une étude essentiellement expérimentale, en laboratoire et in-situ, avec entre autres la réalisation de cinq murs d'échelle 1 chargés jusqu'à la rupture. Ces essais ont validé la méthode de calcul proposée, tout en donnant les valeurs des paramètres nécessaires pour le calcul de stabilité (poids volumique de la maçonnerie, angle de frottement interne global, rotation locale).
Dry-stone walling is an ancient and widespread form of construction found all over the world. Dry-stone walls are built without the use of mortar by stacking uncut stone rubble blocks. Though occasionally cut or sawn, stones are generally left rough except for occasional dressing using a hammer. Built by skilled masons, these walls rely on careful selection and positioning of stones for their integrity. Dry-stone walls are mostly found in hilly and arid regions where there is a plentiful supply of the basic raw material. The advantages are numerous : saving of energy, saving of water which is very important for arid regions, saving of transportation by using local materials, valorisation of skilled masons, preservation of landscapes. However, the practical and technical knowledge has been lost. In the developing countries, the ancient forms of construction are despised. In the developed countries, the economical context do not promote labour force work and there is few data in terms of research, engineering codes or specifications. With the rising of Environment concerns, there is a new demand for repairing the existing walls and even for reintroducing some in current civil work. In this context, this work aims at justifying the stability and the traditional technology for dry-stone retaining walls. First, we choose a pragmatic approach, by considering dry-stone retaining walls as gravity walls. We can therefore use the existing knowledge concerning the stability of monolithic gravity walls. Then, we check the internal stability of such walls by a simple model based on force equilibrium, taking into account a local rotation of the stones on the sliding area. We were able to fit the model with small scale experiments and full scale experiments (five dry-stone retaining walls loaded with water pressure). The last experimental results provided friction data needed. By knowing the limits of the monolithic behaviour of these walls, it’s then possible to provide engineering specifications.
Mot(s) clés libre(s) : GENIE CIVIL, GEOTECHNIQUE, MUR SOUTENEMENT, MACONNERIE PIERRE SECHE, MURS POIDS, STABILITE, CALCUL RUPTURE, DIMENSIONNEMENT, EXPERIMENTATION IN SITU, GRANDEUR NATURE
 |  Notice  |  Texte intégral  |  Droits d'utilisation

Villemus Boris. Etude des murs de soutènement en maçonnerie de pierres sèches. 2004 / Thèses / accès à la bibliothèque (document papier)
Résumé
Résumé
La maçonnerie de pierres sèches (pierres disposées sans liant) fait partie des techniques séculaires que l’on trouve, sous diverses formes, dans la plupart des régions du globe. Dans les pays d’Europe méditerranéenne, bien que la pierre sèche ne soit plus que rarement utilisée, le bâti existant constitue un enjeu économique important (artisanat, tourisme, environnement, agriculture). Ce patrimoine est voué à la ruine sans réaction des institutions concernées : le contexte économique n’est pas favorable au travail de main d’oeuvre, les savoir-faire se perdent et il n’existe ni cadre réglementaire ni méthode de dimensionnement officiellement reconnus. Ce mémoire de thèse vise donc à fournir les éléments scientifiques nécessaires pour (re)prendre en compte cette technique alternative de construction. Nous avons choisi une approche pragmatique, en considérant que le mur en pierres sèches fonctionne comme un mur poids (ce qui suppose le respect des règles de l’art en matière de pierres sèches). Ceci permet de s’appuyer sur la connaissance déjà établie en matière de murs poids monolithes. Ensuite, nous déterminons les limites au-delà desquelles le mur n’a plus un comportement en petits déplacements, en considérant les ruptures internes propres à ce type de murs (par approche micro-macro). Après avoir défini les coefficients de stabilité décrivant ces ruptures internes, nous avons mené une étude essentiellement expérimentale, en laboratoire et in-situ, avec entre autres la réalisation de cinq murs d’échelle 1 chargés jusqu’à la rupture. Ces essais ont validé la méthode de calcul proposée, tout en donnant les valeurs des paramètres nécessaires pour le calcul de stabilité (poids volumique de la maçonnerie, angle de frottement interne global, rotation locale).
Dry-stone walling is an ancient and widespread form of construction found all over the world. Dry-stone walls are built without the use of mortar by stacking uncut stone rubble blocks. Though occasionally cut or sawn, stones are generally left rough except for occasional dressing using a hammer. Built by skilled masons, these walls rely on careful selection and positioning of stones for their integrity. Dry-stone walls are mostly found in hilly and arid regions where there is a plentiful supply of the basic raw material. The advantages are numerous : saving of energy, saving of water which is very important for arid regions, saving of transportation by using local materials, valorisation of skilled masons, preservation of landscapes. However, the practical and technical knowledge has been lost. In the developing countries, the ancient forms of construction are despised. In the developed countries, the economical context do not promote labour force work and there is few data in terms of research, engineering codes or specifications. With the rising of Environment concerns, there is a new demand for repairing the existing walls and even for reintroducing some in current civil work. In this context, this work aims at justifying the stability and the traditional technology for dry-stone retaining walls. First, we choose a pragmatic approach, by considering dry-stone retaining walls as gravity walls. We can therefore use the existing knowledge concerning the stability of monolithic gravity walls. Then, we check the internal stability of such walls by a simple model based on force equilibrium, taking into account a local rotation of the stones on the sliding area. We were able to fit the model with small scale experiments and full scale experiments (five dry-stone retaining walls loaded with water pressure). The last experimental results provided friction data needed. By knowing the limits of the monolithic behaviour of these walls, it’s then possible to provide engineering specifications.
Mot(s) clés libre(s) : GENIE CIVIL, GEOTECHNIQUE, MUR SOUTENEMENT, MACONNERIE PIERRE SECHE, MUR POIDS, STABILITE, CALCUL RUPTURE, DIMENSIONNEMENT, FROTTEMENT INTERFACE, EXPERIMENTATION IN SITU, GRA?DEUR NATURE
 |  Notice